Les Thanatonautes (Bernard Werber) : 85 -REVUE DE PRESSE

mercredi 28 janvier 2015

85 -REVUE DE PRESSE

Journal de Paris : SENSATION AU PALAIS DES CONGRÈS :
UN FRANÇAIS A MIS LE PIED SUR LE CONTINENT DES MORTS.

Le premier homme à avoir officiellement mis les pieds dans l’au-delà est français et se nomme Félix Kerboz. Nous affirmions depuis longtemps, dans nos éditoriaux, notre confiance dans les ambitieux projets de notre président Lucinder. Grace à ses efforts, c’est une équipe nationale qui a damé le pion à tous nos concurrents mondiaux en s’avançant, pionnière, sur le continent des morts. Notre magazine décrète d’ores et déjà Félix Kerboz homme de l’année, et lance une pétition afin que lui soit décernée au plus tôt la Légion d’honneur.

Journal de Londres : UN EUROPÉEN DANS L’AU-DELÀ.

La mort peut se visiter. Une équipe de chercheurs européens est parvenue à envoyer un homme dans l’au-delà et à l’en ramener sain et sauf. Comme trop souvent, hélas ! le succès aura été précédé de nombreux essais infructueux. On estime qu’une centaine de cobayes humains ont essuyé en France les plâtres de ce projet hors normes. Félix Kerboz, lui, a survécu glorieusement à cette hécatombe malgré les sarcasmes de l’opinion française, unanime à condamner ce qu’elle qualifiait de « laboratoire de la mort programmée ». Une équipe britannique est sur le point de se lancer à son tour dans cette aventure. Une affaire à suivre, donc, dans nos colonnes.

Journal de Tokyo : À LA RECHERCHE DE SES ANCÊTRES.

Un homme a voulu à tout prix partir à la recherche de ses aïeux. Un Occidental nommé Félix Kerboz a tenté de rejoindre ses ancêtres en se suicidant au chlorure de potassium, produit particulièrement toxique. Il s’est réveillé vingt minutes plus tard, absolument indemne. Des chercheurs japonais s’efforcent à présent de répondre à la plus audacieuse des questions : peut-on visiter le pays de nos ancêtres (et éventuellement le photographier) tout comme n’importe quelle autre contrée touristique de la Terre ?

Journal de New York : SACRÉS FRANÇAIS.

Une petite équipe artisanale de chercheurs français s’est lancée dans une expérience bizarre : s’empoisonner afin de visiter l’au-delà. Depuis quelques semaines, les Français, informés du projet, conspuaient leur président de la République, Jean Lucinder, en l’accusant de n’être qu’un assassin en série, le projet mené sous son haut patronage ayant provoqué une centaine de victimes avant d’aboutir. Quant aux inventifs chercheurs, ils étaient menacés de poursuites judiciaires tant il est commun en France que les scientifiques aient les ailes coupées par une bureaucratie tatillonne. (C’est la raison d’ailleurs pour laquelle les meilleurs scientifiques français ont pris l’habitude de s’expatrier aux États-Unis où ils peuvent œuvrer en paix à leur futur prix Nobel.) Cette fois, quatre courageux citoyens ont réussi à prouver la valeur de leurs travaux à une nation et même à des experts hostiles, et cela devant les caméras des télévisions internationales, présentes pour témoigner que Félix Kerboz est parti pour le continent des morts et en est rentré sans dommages. Il s’agit d’un ancien criminel, condamné à perpétuité puis gracié en récompense de cet exploit et qui entame à présent une carrière de self-made man. Plusieurs sociétés américaines lui ont déjà proposé des sommes considérables afin qu’il interprète son propre personnage dans un film à gros budget. Il n’a pas encore donné sa réponse mais on pense déjà à Carol Turkson pour le rôle de l’infirmière Amandine et à Fred O’Bannon pour celui du président français Lucinder. Bientôt sur vos écrans.

Journal de Rome : LE PAPE FURIEUX.

Les Français s’étant mis en tête de conquérir le continent des morts, le Pape s’est déclaré indigné que la science cherche à outrepasser ses droits. « La mort n’appartient qu’à Dieu et Dieu s’exprime par la voix du Vatican », a rappelé le Saint-Père, ajoutant : « Nous ne saurions encourager ces envois de personnes dans l’au-delà. Nous prions instamment les autorités françaises de contacter l’archevêché de Paris avant toute nouvelle expédition de ce type. » Une bulle pontificale est attendue d’un instant à l’autre.

Journal de Madrid : LE CAS LUCINDER.

Le président de la République française, M. Jean Lucinder, passait depuis plusieurs semaines dans son pays pour un parfait dément. Or, il s’avère désormais être un esprit particulièrement éclairé dont nous devrions peut-être suivre l’exemple. Certes, Lucinder a souvent manqué d’humour et n’a jamais manifesté beaucoup de compassion à l’égard des nations en difficulté. D’ailleurs, nous avons déjà critiqué dans nos colonnes sa politique protectionniste et à courte vue. Nous n’en témoignerons donc que plus d’admiration pour le grand dessein qu’il entretenait dans le plus grand secret : la conquête du continent des morts ! Contre toute attente, le cobaye français Félix Kerboz est parvenu à se rendre dans le Continent Ultime et à en revenir. Notre gouvernement pense lancer un programme d’étude qui cherchera à faire mieux comprendre ce phénomène.

Journal de Berlin : UNE MANŒUVRE DE DIVERSION.

Les Français sont décidément pleins de ressources. Tandis que leur économie bat de l’aile, que les grèves succèdent aux manifestations hostiles, qu’ils cherchent vainement à endiguer la progression de la drogue et les vagues d’immigration clandestine, leur président, M. Jean Lucinder, tente de détourner les esprits de la crise en se livrant à des expériences sur la mort. Il serait parvenu, dit-on, à envoyer un homme dans l’au-delà. Une équipe d’experts allemands vérifiera prochainement cette douteuse expérience.

Journal de Pékin : LA MORT, ULTIME COLONIE.

Feu vert pour la conquête du continent des morts. Comme au temps de la politique de la canonnière, les grandes puissances ne cachent pas leurs appétits coloniaux. Depuis quelques jours et en dépit de la discrétion et des démentis qui ont entouré leurs manœuvres, des experts américains, anglais, allemands, italiens et nippons ont entrepris de construire des thanatodromes. De source sûre, nous avons appris que le Français Félix Kerboz a d’ores et déjà atteint une sorte de point zéro, invisible et impossible à franchir. Cette frontière-limite serait située à coma plus vingt minutes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire