Les Thanatonautes (Bernard Werber) : 171 – ÇA SE COMPLIQUE

samedi 31 janvier 2015

171 – ÇA SE COMPLIQUE

Les haschischins n’avaient été que les précurseurs d’une guerre de religion que nous n’avions pas prévue. Certes, tout au début de nos expériences, nous avions vu des clercs rivaliser d’ardeur pour arriver les premiers dans le monde des morts mais jamais nous n’avions imaginé que le conflit puisse prendre une telle ampleur.
Hindouistes contre musulmans, protestants contre catholiques, bouddhistes contre shintoïstes, juifs contre islamistes : ce furent d’abord les principales confessions qui s’empoignèrent aux abords du Continent Ultime. Entrèrent ensuite en lice dissidents et confréries soucieux d’autonomie : chiites iraniens contre sunnites syriens, dominicains contre jésuites, taoïstes de la ligne Tseu contre partisans de Tchang-tseu, luthériens contre calvinistes, juifs libéraux contre juifs ultra-orthodoxes et antisionistes, mormons contre amishs, témoins de Jéhovah contre adventistes du Septième Jour, adeptes de la secte Moon contre disciples de la Soka !
J’ignorais que la théologie comptât tant de nuances. Je découvrais qu’il existait tant de dissensions entre les religions humaines qu’il était inutile d’espérer que les croyants de toutes confessions se retrouveraient un jour là-haut par le seul désir d’œcuménisme.
Tandis que des ectoplasmes se tendaient des embuscades et s’entre-tuaient au nom de leur foi, je relisais les notes où Raoul avait minutieusement répertorié toutes les mythologies et les théologies du monde et constatais qu’en fait nombreux étaient les points communs entre elles. Il me semblait que toutes cherchaient à raconter une même histoire et à transmettre un même savoir en usant de paraboles et de mots différents.
Le conflit qui envenimait les cieux ne tarda pas à avoir ses répercussions ici-bas. Des terroristes haschischins lancèrent une voiture bourrée d’explosifs contre notre thanatodrome. Nous ne dûmes notre salut qu’à la maladresse de l’artificier qui avait mal réglé ses bombes, lesquelles explosèrent avec lui à une centaine de mètres de notre bâtiment.
Avec son sang-froid coutumier, Raoul nous réunit dans notre penthouse. Nous étions maintenant trop nombreux pour nous répandre sur les dalles du Père-Lachaise.
Il déploya une carte du Continent Ultime.

- Il est naturel que les religions veuillent conquérir le pays des morts car celle qui contrôlera le monde spirituel sera maîtresse aussi du monde matériel. Imaginez que les musulmans pakistanais l’emportent, ils bloqueraient les cycles de réincarnation des bouddhistes indiens !

Stefania était devenue une spécialiste du combat ectoplasmique. Elle avait élaboré toutes sortes de parades destinées à protéger son propre cordon d’argent.

- Il ne faut pas négliger les possibilités d’alliance, même les plus inattendues, dit-elle. Nous avons perdu deux rabbins amis lors de notre dernier envol mais, grâce au soutien des musulmans bédouins, nous avons pu tuer une bonne dizaine de haschischins enragés. Nous ne devons donc monter qu’en groupe assez puissant pour mettre nos ennemis en déroute et poursuivre notre exploration. Après tout, c’est ça qui compte !


- Au lieu de partir à six ou sept, décoller à dix ou vingt…, fit pensivement Raoul.


- Exactement, souligna énergiquement Stefania. Ce sont toujours les plus nombreux qui gagnent. Pourquoi ne pas s’envoler à cinquante ou même à cent ?


- Très bien, remarqua Freddy, mais il n’existe pas cent rabbins thanatonautes.


- Pourquoi se cantonner aux rabbins ? dis-je. Il est peut-être temps d’opérer des rapprochements. J’ai constaté, par exemple, que la Cabale et le Yi King présentaient bien des points communs.

L’Italienne applaudit l’idée. Là-haut, elle nous servirait d’ambassadrice.
Une semaine plus tard, une vingtaine de moinillons asiatiques qui, à première vue, se ressemblaient comme autant de gouttes d’eau frappaient à la porte de notre thanatodrome. Ils appartenaient au monastère de Shaolin , lieu où l’on enseigne précisément depuis des millénaires que religion et combat vont de pair. Les moines de Shaolin sont ainsi réputés pour être les plus grands experts en kung-fu. Ils sont à la source de la science et de la pratique des arts martiaux. Eux marient depuis toujours guerre et méditation.
Freddy envisagea avec ravissement de nouvelles chorégraphies ectoplasmiques. Il dirigeait non plus un commando mais une véritable escadrille de guerre capable de se grouper en formation de forteresse volante.
Il nomma notre armée céleste l’armée de l’Alliance, l’alliance entre toutes les religions de bonne volonté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire