Les Thanatonautes (Bernard Werber) : 95 – INTERVIEW

mercredi 28 janvier 2015

95 – INTERVIEW

Lu dans le Magazine féminin.

M.F. : L’âme, dites-vous ?

KERBOZ : Oui. C’est comme un gant invisible qui nous recouvre et qui s’enlève.

M.F. : Soyez plus précis.

KERBOZ : Là-bas, mon corps ressemble à un nuage transparent, rempli de reflets de différentes couleurs. Il épouse le contour de mon corps normal mais il n’a plus ni consistance ni poids et il se déplace aussi vite qu’il veut. Il peut traverser les objets tout comme les objets peuvent le traverser.

M.F. : C’est un ectoplasme ?

KERBOZ : J’ignore ce qu’est un ectoplasme. Je vous parle de mon corps devenu transparent. Les humains ne peuvent plus le voir, il ne peut plus communiquer avec eux. En revanche, il peut saisir les pensées des vivants. Quelle sensation étrange !

M.F. : Et pour voyager ?
KERBOZ : On voyage à la vitesse de la pensée. Quand je suis transparent [mimant un mouvement de natation], je peux vous traverser comme ça. Je demeure cependant relié à mon corps physique par un cordon ombilical argenté, une sorte de filin de sécurité lumineux et élastique.

M.F. : Et c’est agréable de voler avec son « corps transparent » ?

KERBOZ : Oui. On a l’impression de ne plus avoir de limites. On ne craint plus de se blesser ou de se fatiguer. On n’est plus qu’une pensée en suspension, capable de se déplacer à la vitesse des idées.

M.F. : Il faut quand même beaucoup de courage pour regagner ensuite son corps de douleur !

KERBOZ : Exact. Surtout quand on a un ongle incarné !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire