Les Thanatonautes (Bernard Werber) : 36 – MYTHOLOGIE AZTÈQUE

dimanche 25 janvier 2015

36 – MYTHOLOGIE AZTÈQUE

 
Tonatiuh, dieu du soleil source: wikipédia


Chez les Aztèques1, ce ne sont pas les mérites acquis pendant la vie terrestre qui déterminent l’existence dans l’au-delà mais les circonstances qui ont entouré la mort.
La meilleure façon de décéder est de mourir au combat. Elle conduit les Quanteca (compagnons de l’Aigle) au Tonatiuhichan, le paradis oriental où le défunt siégera aux côtés du dieu de la guerre.
Le décès par noyade ou par maladie liée à l’eau (comme la lèpre) induit un voyage vers le Tlalocan, le paradis de Tlaloc, le dieu de la pluie.
Ceux qui n’ont pas été reconnus par un quelconque dieu vont au Mictlan, lieu d’enfer où ils subissent quatre années d’épreuves avant la dissolution finale.
C’est là le domaine de Mictlantecuhtli, le monde souterrain. On y pénètre par des cavernes. L’âme doit traverser huit séjours souterrains avant de parvenir au neuvième monde.
  • Premier obstacle : le Chicnahuapan, un cours d’eau que le mort doit traverser en s’accrochant à la queue d’un chien roux préalablement sacrifié sur sa tombe. Les animaux sacrifiés lors des funérailles servent de psychopompes, c’est-à-dire qu’ils guident l’âme au travers du pays des morts.
  • Deuxième obstacle : deux montagnes s’entrechoquant à intervalles irréguliers.
  • Troisième obstacle : gravir une montagne aux sentiers escarpés recouverts de cailloux pointus.
  • Quatrième obstacle : subir un vent d’obsidienne, tempête glaciale charriant des pierres effilées.
  • Cinquième obstacle : passer entre des drapeaux géants claquant au vent à perte de vue.
  • Sixième obstacle : essuyer des tirs de flèches qui cherchent à transpercer le défunt.
  • Septième obstacle : attaque massive d’animaux féroces désireux de lui avaler le cœur.
  • Huitième obstacle : un défilé étroit où le mort risque de se perdre.

Il a enfin mérité d’accéder à la dissolution.

Extrait de la thèse La Mort cette inconnue, par Francis RAZORBAK. 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire