Les Thanatonautes (Bernard Werber) : 285 – ÇA SE COMPLIQUE TOUJOURS

samedi 31 janvier 2015

285 – ÇA SE COMPLIQUE TOUJOURS

Cette nuit-là je fis un rêve.
Le rêve avait été si fort, si réaliste, si logique, si cohérent et si effrayant en même temps, que je m’empressai de le consigner au réveil en ses moindres détails. En voici le récit, tel que je le rédigeai ce matin-là.
« L’archange Gabriel descend sur Terre pour s’adresser à l’assemblée générale des Nations unies. Son discours est simple et direct. Les humains ne cessant de se reproduire, ses services, dit-il, sont complètement submergés par les défunts de chaque jour. Sept milliards d’humains, c’est trop ! Comment peser toutes ces âmes avec seulement trois juges-archanges, même travaillant vingt-quatre heures sur vingt-quatre ! Le pays orange est saturé d’âmes en attente. Les dossiers sont bâclés. Il y a eu des erreurs. Des sages ont été réincarnés en gangsters tandis que de parfaites crapules devenaient esprits purs, avec un cycle de réincarnations prématurément et injustement interrompu.
L’archange Gabriel présente donc un choix aux humains : soit réguler enfin convenablement les naissances, soit envoyer de l’aide au ciel. Après tout, puisque des ectoplasmes issus de corps vivants viennent jusqu’aux abords du Continent Ultime, pourquoi ne resteraient-ils pas pour aider à recenser et à contrôler les fiches karmiques ?
Réunis en session d’urgence, les chefs d’État de la planète comprennent parfaitement le problème. Ils reconnaissent qu’il leur est impossible d’imposer un strict contrôle des naissances. Ils optent donc pour la seconde solution : l’envoi de fonctionnaires ectoplasmiques au Paradis.
Une nouvelle caste de ronds-de-cuir voit le jour. Des habitués de la paperasse se transforment tous les matins en agents ectoplasmiques et s’assoient sur leurs trônes de décollage tout comme d’autres, à la même heure, prennent le métro ou leur train de banlieue. Là-haut, les anges ont prévu pour eux des bureaux où ils analyseront tout à leur aise les fiches de leurs clients.
Bien sûr, ces fonctionnaires internationaux sont tous assermentés. Cependant, l’un d’eux commet la première incartade en avertissant son fils, après consultation de sa fiche, que s’il ne cesse pas de terroriser ses camarades de classe, il sera réincarné en limace.
Cela semble anodin, pourtant le serment est brisé.
Nul n’est parfait et les administrations, allant toujours en se développant avec l’accroissement des populations, les ectoplasmes assermentés sont bientôt si nombreux que les incidents se multiplient.
Par exemple, en ce qui concerne le gamin qui s’entête à jouer les mauvaises têtes, son père finit par modifier un peu sa cordelette, histoire d’arranger le karma de son rejeton. Il ajoute 100 points. Hop là ! Vite fait. Pas vu, pas pris.
Mais il n’y a pas que la famille, il y a les amis. Et les amis des amis… Et ceux, toujours bien informés, qui, sachant que les fonctionnaires, même assermentés, ne sont jamais si bien payés que ça, s’arrangent pour découvrir leur identité et leur adresser une enveloppe à bon escient. Quelques billets, et voilà une bonne réincarnation d’assurée !
Peu à peu, il s’instaure un véritable marché noir des bonnes réincarnations. Les riches paient pour savoir où en est exactement leur karma et combien de péchés ils peuvent encore se permettre. D’avance, ils s’assurent de renaître dans des familles aisées et en excellente santé. De sorte que les riches restent riches et sains dans leur vie suivante. Les pauvres restent pauvres et malades dans leur existence suivante.
Ce n’est plus un rêve, c’est un cauchemar. Une nouvelle bourgeoisie apparaît : les Thanatocrates.
Quel que soit son comportement ici-bas, il devient impossible d’être réincarné en mieux si on n’a pas les moyens financiers pour soudoyer un fonctionnaire ectoplasmique. Autrefois, ce qui effrayait le plus les populations, c’était de commettre des péchés. Désormais, c’est d’être pauvre, parce qu’on sait qu’on le demeurera à jamais, pour toutes ses réincarnations, sans aucune possibilité de sortir de ce cercle vicieux d’échec.
Toutes les règles du jeu en sont modifiées. On ne vit plus que pour l’argent. Tout est bon pour en obtenir : le vol, la prostitution, l’escroquerie, le crime, le trafic de drogue.
C’est le contraire de la période vertueuse. Tout acte ne vise qu’à la conquête d’argent.
Mon fils Freddy est assailli par des racketteurs à la sortie du lycée. Ma femme Rose se fait arracher son porte-monnaie au supermarché.
La mafia renaît de ses cendres. Nul n’hésite plus à engager des tueurs professionnels pour s’emparer des biens d’autrui ou se débarrasser d’un rival commercial. Avoir de l’argent permet de se refaire une virginité karmique, alors pourquoi se gêner ?
Le monde est entièrement dominé par l’argent. Les restes des différentes religions lancent une campagne pour que les humains cessent de se mêler des affaires du Paradis.
Mais renoncer à l’au-delà, c’est rendre à nouveau toutes les responsabilités aux anges, or ceux-ci ne sont plus capables de gérer les sept milliards d’habitants de la planète. Le monde devient donc de plus en plus sauvage et de plus en plus ignorant…»
Je m’étais éveillé frissonnant et en sueur. Était-il possible que nous nous soyons fourvoyés à ce point ?
J’en étais convaincu, les anges m’avaient adressé un message par leur voie de communication habituelle : le rêve. Et sa teneur en était claire : tout arrêter avant que la situation ne dégénère au point de devenir incontrôlable.
Rapidement, je me douchai, m’habillai et descendis déjeuner avec les autres au café. Je n’y trouvai que Raoul. Junior était déjà parti à la maternelle. Amandine et Rose étaient allées faire des courses.
Je regardai le chat du bistrot. Il avait l’air tranquille. Le genre de chat qui a tout compris et ne fait que se prélasser dans sa réincarnation. Heureuse bête. Elle renaîtrait probablement sous la forme de quelqu’un de très relax.
C’est alors qu’un policier bondit dans le café en hurlant. Il était difficile de comprendre ce qu’il beuglait mais en gros cela signifiait : « Votre thanatodrome, ils sont en train de saccager votre thanatodrome ! »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire