Les Thanatonautes (Bernard Werber) : 186 – MÊME LES ÉTOILES SE RÉINCARNENT

samedi 31 janvier 2015

186 – MÊME LES ÉTOILES SE RÉINCARNENT

Rose avait les yeux rivés à l’écran détecteur d’ectoplasmes. Dix-huit moines taoïstes avaient décollé, depuis plusieurs minutes déjà. Elle était convaincue qu’ils avaient réussi à percer le sixième mur. Ma femme avait sans doute raison puisqu’au bout d’une heure passée à nous tourmenter, nous constatâmes que leurs enveloppes charnelles ne donnaient plus aucun signe de vie biologique. Paix à leurs âmes.
Freddy estimait qu’il faudrait reconstituer une caravane de cent vingt mystiques multiconfessionnels pour réussir, mais ses anciens amis déclinèrent l’invitation du rabbin, tant ils persistaient à vouloir agir séparément pour que la gloire ne rejaillisse que sur leur seule religion.
Mon épouse suggéra d’abandonner un peu nos préoccupations mystiques pour réorienter nos recherches du côté de l’astronomie et de l’astrophysique. J’étais d’accord, mais que pourrions-nous apprendre de plus sinon que le Continent Ultime était bien un trou noir, situé au centre de la Voie lactée ?
Rose avait son idée :
  • Vous cherchez à connaître ce qu’il y a au fond du trou. Or il se trouve que les astrophysiciens le savent depuis longtemps.
  • Ah oui ! ricana Raoul, sceptique.
  • Et qu’y a-t-il ? Demandai-je.
  • Une fontaine blanche.
Une fontaine blanche ! Freddy quitta le fauteuil d’envol sur lequel il se reposait pour arpenter la pièce. Malgré son agitation, l’aveugle se débrouillait pour ne se heurter à aucun des appareils, pourtant nombreux, qui encombraient notre laboratoire.

- La fontaine blanche, c’est le contraire du trou noir, précisa Rose. Celui-ci absorbe la lumière, celle-là la rejette. Le trou noir attire la matière, la fontaine blanche la déverse. Certains croient que le big-bang ne serait qu’une fontaine blanche, productrice de matière et de lumière. Les fontaines blanches seraient même peut-être à l’origine des nouveaux univers.

Rose se livra alors à un passionnant cours magistral d’astrophysique. Chaque trou noir marquerait la mort d’une galaxie puisqu’en avalant les étoiles il les compresse et les transforme en énergie pure. Le centre de notre galaxie est constitué d’un vortex qui aspire et fait tournoyer la matière qui l’entoure. Il est même prévu que d’ici à plusieurs millions d’années, le soleil s’y laissera gober. Le plus fascinant étant que, comme l’explique fort bien la science physique, rien ne se crée, rien ne meurt, tout se transforme. La mort d’une étoile génère une énergie qu’expulse la fontaine blanche, laquelle a un peu la forme d’un tromblon au canon évasé.
Ainsi, même les étoiles se réincarneraient ! Les trous noirs et les fontaines blanches ne seraient que des passerelles vers des univers parallèles. Rose affirma que, de même que chaque galaxie dispose de sa propre surface, voire de son dieu particulier, chacune aurait aussi son propre big-bang et son anus cosmique. Chaque galaxie pourrait même posséder son propre espace-temps. Nous, nous nous trouverions donc dans l’univers de la Voie lactée, avec le dieu, le temps, la mort, la conscience propres à celle-ci.
Rose nous avait tous très impressionnés avec cette idée de trou noir correspondant à chaque fois à une fontaine blanche et donc à une renaissance dans un autre espace-temps. Freddy se rassit pour mieux digérer la leçon.

- Mais que deviendraient des ectoplasmes, passé la fontaine blanche ? Interrogea-t-il.

Ma femme connaissait ses limites.

- Alors là, finie la science et retour à la religion. Peut-être que les âmes sont recrachées, elles aussi, et se réincarnent ensuite dans un autre monde ?

Amandine proposa que nous montions dans le penthouse boire des cocktails et reposer un peu nos méninges. La séance nous avait épuisés, nous y consentîmes volontiers. Là, parmi les plantes vertes, détendus, le vieil aveugle et la ravissante blonde nous annoncèrent leur intention de se marier. Amandine assurait que Freddy était l’homme de sa vie et elle était toute disposée à se convertir au judaïsme s’il l’exigeait. Mais son fiancé n’en demandait pas tant. Il était assez libéral pour s’autoriser un mariage mixte.
Ils s’unirent donc et, avec les disciples de la yeshiva de Strasbourg, nous fîmes la fête. Jamais je n’avais vu Amandine aussi rayonnante, tandis que son nouvel époux tapait des airs traditionnels sur le piano, et que nous dansions en cercle. Freddy avait vingt ans de plus qu’elle, deux yeux de moins, mais il savait apaiser ses angoisses et la faire rire. Qu’y a-t-il de plus important dans un couple ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire