Les Thanatonautes (Bernard Werber) : 177 – ŒCUMÉNISME

samedi 31 janvier 2015

177 – ŒCUMÉNISME

La bataille du Paradis sema le désarroi parmi les valeureux conquérants de l’au-delà. Tant d’hommes de Dieu morts en vain… Les dominicains, mortifiés, se demandèrent comment ils avaient pu se laisser convaincre par les fanatiques haschischins au point de s’associer à eux. Ils considéraient avec mépris les rares rescapés de la secte réfugiés dans leur forteresse des montagnes et frémissaient au souvenir des actes cruels qu’à leurs côtés ils avaient perpétrés.
Avaient-ils bravé les foudres papales rien que pour mériter vraiment les flammes de l’Enfer ?
En délégation, ils se rendirent à notre thanatodrome des Buttes-Chaumont, multipliant les excuses et marmonnant des prières.
Ce ne serait pas en perpétrant des guerres qu’on parviendrait à percer les mystères du Continent Ultime. Les dévots de toutes confessions l’avaient compris. La bataille du Paradis marqua un tournant historique dans leurs relations. Au temps des violentes oppositions, succéda celui de la grande compréhension.
Face à une assemblée bariolée, debout dans notre penthouse, Raoul prit la parole :

- Soyez-en convaincus, toutes les religions sont bonnes. Seules sont mauvaises les intentions de certains individus qui se prétendent uniques dépositaires de la vraie foi. Zoroastriens, Alaouites, chrétiens, orthodoxes, musulmans, juifs, protestants, shintoïstes, taoïstes, chamanistes, sorciers, guérisseurs, marabouts, et même membres des sectes, toutes vos confessions ont eu accès, à un moment donné, au grand savoir commun. À une fabuleuse connaissance. Au grand mystère de la mort. Ensemble, nous unirons nos efforts pour le retrouver, intact, car en lui réside le mystère de la vie. Ensemble, nous découvrirons le pourquoi de notre présence sur la terre et quel doit y être notre comportement. Les religions ne sont que des quêtes du bon mode d’emploi de l’existence humaine.

Moines, sorciers, rabbins et autres l’ovationnèrent.
Un moine japonais zen expliqua que jadis, dans les temps les plus anciens, il n’existait pas de multiples religions mais une seule, non pas une multitude de dialectes mais une seule langue. Il n’y avait pas des philosophies diverses, des cultures disparates, différentes sagesses, mais une seule et la vraie. Les hommes l’avaient oublié. Employant des langues incompréhensibles les unes pour les autres, ils n’avaient fait que décrire le même ancien savoir, lequel avait perdu de son sens originel à force d’interprétations successives. Ainsi étaient nés les antagonismes. Tous les différends n’étaient que malentendus.
Accolades. Solennelles poignées de main. Un œcuménique accord mondial fut signé aux Buttes-Chaumont, instaurant les deux premiers commandements de la thanatonautique.
  • Article 1 : Le Paradis n’appartient à aucune nation, ni à aucune confession en particulier.
  • Article 2 : Le Paradis est ouvert à tous et personne n’a le droit d’en entraver le libre accès.
Avec ces premières lois juridico-religieuses, c’en était fini de la période anarchique. Les voyages au Paradis étaient désormais réglementés. Plus personne ne pourrait se permettre d’y faire n’importe quoi sous prétexte qu’il n’y existait aucun contrôle.
Les accords des Buttes-Chaumont instaurèrent un nouveau climat d’entente interreligions.
Le général Shiku initia le rabbin Freddy Meyer au rituel de la cérémonie du thé. Il ne s’offusqua pas que l’Alsacien le préférât au citron.
À présent que notre thanatodrome était devenu un lieu de rendez-vous pour clercs du monde entier, nous installâmes à leur intention une salle de rencontre en sous-sol. Contrairement au penthouse aux vitres étincelantes de lumière, l’endroit était sombre, empli de reliques, d’estampes et de gris-gris les plus divers. Moines, imans ou sorciers de passage à Paris aimaient s’y retrouver pour s’y recueillir ou dialoguer. Ce qu’aucun conflit sur terre n’était parvenu à imposer, une seule bataille au Paradis y avait réussi. Toutes les religions entreprirent de collaborer pour aller plus vite, plus loin. Jusqu’au fin fond du continent des morts !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire