Les Thanatonautes (Bernard Werber) : 147 – MYTHOLOGIE JUIVE

vendredi 30 janvier 2015

147 – MYTHOLOGIE JUIVE



GILGOULIM : Le Zohar, « Livre des Splendeurs », ouvrage de référence des cabalistes, attribue plusieurs causes aux réincarnations. (Gilgoulim signifie littéralement « transformations »). Parmi elles : ne pas avoir eu d’enfant, ne pas s’être marié. De surcroît, si quelqu’un se marie mais meurt sans avoir engendré, époux et épouse passeront par une réincarnation avant de s’unir de nouveau dans deux autres vies. Car, pour les cabalistes, l’union entre un homme et une femme embrasse les trois dimensions, physique, émotionnelle, spirituelle, et constitue un chemin capital vers l’infini.
La tradition juive considère que, d’une manière générale, il est fréquent que des époux se soient déjà connus dans d’autres vies.
FEMME SANS ENFANT : Un homme s’avérait incapable d’engendrer, raconte un texte de la Cabale. Un sage lui expliqua qu’en fait son épouse n’était pas réellement sa compagne. Il l’avait reçue en propriété alors qu’il n’en était pas propriétaire. Et comme l’âme de sa femme était de nature profondément masculine, il était normal qu’elle n’ait pu lui donner de descendance.
MARIAGE : Selon le Zohar, le mariage constitue un important terrain d’expérience, essentiel au développement spirituel. Les époux s’unissent pour résoudre les conflits nuisibles à leur croissance intérieure. À chacun, à chacune, l’autre qu’il mérite.
ÉLEVER UN ENFANT : Similairement, l’expérience d’élever un enfant est considérée comme un élément indispensable de l’existence terrestre. Si l’on n’a pas été capable d’élever correctement un enfant durant au moins l’une de ses vies, on continuera à se réincarner jusqu’à la réussite complète de cet exercice.

Extrait de la thèse La Mort cette inconnue, par Francis RAZORBAK.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire